Signez les pétitions...
  • Module de Recherche

Panneau

Egalité femmes / hommes

Un salarié sur deux est une femme

Dans toute entreprise, doit se dérouler une négociation collective qui vise à définir et à programmer les mesures permettant de supprimer les écarts de rémunérations entre les hommes et les femmes selon la loi du 23 mars 2006.

Les entreprises doivent avoir conclu un accord ou établi un plan d'action avant le 1 janvier 2012 !

La loi prévoit des sanctions contre les employeurs récalcitrants pouvant aller jusqu'à 1% de la masse salariale !

Il est donc primordial que les organisations de la CGT exigent des négociations en construisant avec les salariés le rapport des forces nécessaire pour obtenir de vraies améliorations !

L'écart salarial entre les femmes et les hommes est de 27%, ce qui est injuste socialement, d'autre part, si la loi est appliquée elle permettra de renflouer les caisses de la protection sociale  à hauteur de 5 milliards d'euros !

La CGT avec son collectif femmes et mixité depuis des années porte de façon permanente l'égalité entre les femmes et les hommes ( ou le gender mainstreaming).

A la CGT, nous avons adopté  une charte égalité femmes hommes en 2007.

Les femmes représentent 50% du salariat, donc l’égalité est un enjeu pour le syndicalisme, en effet, chaque fois que le droit des femmes progresse, c'est l'ensemble de la société qui progresse.

Encore aujourd'hui, le travail des femmes est trop souvent considéré comme un salaire d'appoint, alors que les femmes ont une meilleure réussite scolaire et sont plus diplômées que les hommes.

Pourtant, la réalité  c'est  le temps partiel imposé, les boulots précaires, et elles sont souvent  reléguées aux taches dites naturellement féminines comme l'emploi de garde d'enfants, les soins, les taches ménagères, etc... 80% des taches ménagères sont  faites encore par les femmes.

De tout temps à jamais, le travail des femmes a posé problème à la société, alors qu'elles ont toujours participé à l'activité économique mais pas forcement salariées comme par exemple : les femmes d'agriculteurs, de commerçants etc.

Souvent, les usines étaient organisées pour que les femmes ne se mélangent aux hommes, leur travail a toujours été délégitimisé, même cadence, même travail et malgré tout  un salaire plus bas, le salaire d'appoint n'a été abrogé qu'en 1946 par un Ministre communiste.

Aujourd'hui encore, la concurrence entre les hommes et les femmes demeure notamment à chaque période de crise : les déclarations politiques, qui feraient revenir facilement les femmes à la maison, l'attaque au droit à l' IVG, le taux de  chômage des femmes plus élevé que chez les hommes.

Ce sont les premières qui ont subi la crise en 2008, la reforme des retraites de 2010 a pénalisé plus fortement les femmes, c'est parce que les rôles sont hiérarchisés qu'il y a une différence entre les sexes.

En France, nous sommes le 1er  pays a avoir donné le droit de vote aux hommes et le dernier aux femmes ( 1944 : 77 fois refusé à l'Assemblée Nationale et au Sénat) la République française universelle a été fondé sur l'exclusion des femmes.

* 1938 : loi qui supprime la puissance maritale
* 1965 : loi qui permet aux femmes d'avoir un compte bancaire.

Les conventions collectives avaient instauré une disqualification sur certains métiers principalement ceux exercés par les femmes.

L' Accord National Interprofessionnel (ANI) de 2004 portant sur l'égalité femmes/hommes avait été porteur d'espoir, cependant il n' y a eu que  8% d'accords signés dans les entreprises et 50% dans les branches, peu d'information sur les accords signés entre 1 000 à 1 500 accords contre 4 300 pour le temps de travail.

Il n'y a pas d'observatoire national de négociation sur l’égalité femmes /hommes.

Le dernier rapport sur l'état  des salaires de la Fonction Publique d'Etat portant sur les chiffres de 2009 sont significatifs :
 * En moyenne les  hommes gagnent 2 604 € net contre 2 225 € pour les femmes,
 * Le salaire des cadres grimpe jusqu’à à 4 021€ contre 3 498 pour les femmes.

Cette tendance se retrouve dans la Fonction Publique Territoriale et Hospitalière, par ailleurs les femmes sont toujours aussi peu représentées  dans le emplois de direction.

Pour la CGT,  il faut faire voler en éclat le plafond de verre qui bloque l'accès aux postes de cadres et de directions !

Ce plafond de verre dans les entreprises est absolument injuste, inacceptable et discriminatoire.

Toute la CGT s'engage à faire sauter ce plafond de verre qui peut se retrouver dans le syndicalisme, d'autant que le taux de syndicalisation des femmes est de 45% à la CGT.

Il y a eu une augmentation significative de la syndicalisation des femmes notamment depuis la lutte contre la reforme des retraites en 2010.

Les inégalités de traitement se traduisent concrètement par
des rémunérations brutes annuelles inférieures de 27%, le  temps partiel, la  précarité imposée etc. Tout cela produit des écarts de pensions de 40% obligeant les femmes à partir plus tard en retraite !

C'est donc une obligation pour la CGT de changer la donne et de porter l’égalité femmes/ hommes partout car on ne peut pas se réclamer d'un syndicalisme de transformation sociale et laisser de côté 50% des salariés !

 

Dossiers

Nous avons 316 invités et aucun membre en ligne

FacebookGoogle BookmarksRSS Feed